Application de l'accord

Si certains points de l’accord d’entreprise présentent un réel intérêt, la direction semble décidée à les (ré)interpréter de manière déloyale et systématiquement désavantageuse pour les salariés. Quatorze mois après la signature de l'accord d'entreprise, la plupart de ses dispositions ne sont d'ailleurs toujours pas appliquées :

 

- Le travail de nuit n’est pas systématiquement indemnisé et les nouvelles primes de nuit ne sont pas toujours appliquées, notamment dans plusieurs services de RFI. Nous avons également appris que la direction envisageait de ne pas appliquer les nouvelles primes de nuits aux journalistes rémunérés à la pige au motif qu'ils ne seraient pas dans le champs d'application de l'accord, ce que la CFTC conteste fermement.

- Toutes les astreintes ne sont pas comptabilisées et payées.

- Cinq ans après la prise de fonctions de Marie-Christine Saragosse, la baisse du temps de travail promise aux salariés travaillant sur des cycles particulièrement pénibles à France 24 n’a toujours pas été mise en place. Les premières ébauches présentées ne présagent malheureusement rien de bon ! la direction a engagé à grands frais un cabinet extérieur qui se révèle incapable de produire le moindre planning satisfaisant. Les experts de ce cabinet ne semblent même pas connaître les bases du droit du travail et n'ont aucun problème à proposer des cycles avec une semaine de travail de 49 heures ! (pour des personnels 100% en horaire décalé de surcroît.) ou qui ne respectent pas le repos hebdomadaire.

- La Direction s'entête à refuser d'appliquer aux PTA et aux journalistes travaillant en cycle les dispositions relatives à la récupération des jours fériés et aux jours flottants.

- Les dispositions concernant le calcul de la prime d'ancienneté des journalistes ne tiennent pas compte des situations spécifiques de certains collaborateurs dont l'ancienneté entreprise est supérieure à l'ancienneté dans la profession. La CFTC demande la prise en compte de l'ancienneté la plus importante pour le calcul de la prime.

- Les dispositions concernant le suivi de la charge de travail des personnels au forfait jours ne sont toujours pas mises en place, en violation des dispositions légales et conventionnelles et au mépris de la santé des salariés. Cela n'empêche pourtant pas la direction de demander aux salariés de reconnaître avoir pris connaissance de leur mise en œuvre dans l'avenant au contrat de travail qui leur est proposé.

LES PROPOSITIONS DE LA CFTC

- La CFTC s'assurera de l'application des dispositions de l'accord FMM à tous les salariés qui doivent en bénéficier. Elle n'acceptera pas la lecture discriminatoire qu'en fait la Direction et prendra les mesures nécessaires pour qu'aucun salarié ne soit lésé.

- La CFTC demandera également la révision de la nouvelle grille de classification des métiers, négociée dans la hâte et signée par une seule organisation syndicale.

Rédigé par CFTC