Publié le 30 Août 2019

Le 26 juin dernier la CFTC communiquait sur l’état d’avancement des négociations de l’accord télétravail. Nous regrettions alors un projet trop timide avec des conditions de mise en œuvre trop restrictives. Nous aurions notamment souhaité qu’il concerne plus de catégories de personnel et surtout qu’il permette d’effectuer une journée de télétravail par semaine tout au long de l’année.

Si la poursuite des négociations n’a pas permis de dégager un consensus plus conforme à nos attentes, la Direction de FMM s’est néanmoins engagée à réétudier les modalités de fonctionnement de cet accord après un an d’application.

Consciente que de nombreux salariés attendent la mise en place du télétravail à France Médias Monde, la CFTC a décidé d’accepter cette approche en deux temps afin de doter au plus vite notre entreprise de ce dispositif novateur

S’il peut encore être amélioré, cet accord marque assurément un pas dans la bonne direction et permettra à de nombreux salariés de profiter d’une organisation du travail plus souple.

La CFTC a donc signé le projet d’accord début août. Pour être valide, celui-ci doit recueillir les signatures de plusieurs organisations syndicales totalisant au moins 50 % des suffrages exprimés lors des dernières élections professionnelles.

 

 

Retrouvez l'essentiel des dispositions de l'accord encadrant le télétravail à FMM dans cette fiche

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 24 Mai 2019

Communiqué

Malgré une mobilisation sans précédent et un mouvement social de grande ampleur en septembre dernier, la Direction de FMM continue de traiter les journalistes pigistes et les intermittents du spectacle comme des salariés de second ordre. Un comble pour une entreprise qui emploie pourtant près de 24 % de personnels non permanents.

Pressée de s’expliquer par les délégués du personnel CFTC, la Direction a répondu lors de la réunion du 23 mai qu’elle avait décidé de n’appliquer que certaines dispositions de cet engagement et d’en exclure les autres

La Direction a tenté de justifier sa décision en constatant qu’aucune organisation syndicale n’a encore accepté de signer les projets d’accords relatifs aux pigistes et intermittents. 

Ces projets sont issus des négociations qui se sont tenues après la levée du préavis de grève déposé en septembre et s’appuient sur le nouveau cadre financier signé par la Direction et l’ensemble des organisations syndicales.

La CFTC a toujours revendiqué que les salariés de FMM puissent bénéficier des mêmes avantages, indépendamment de la nature de leur contrat de travail (CDI/CDD) ou de leur mode de rémunération (Pige). Pour autant, nous estimons que ces projets d’accords ne sont pas suffisamment aboutis et doivent encore être améliorés.

L’argument de la Direction n’est pas recevable puisqu’une décision unilatérale continue de s’appliquer tant qu’elle n’a pas été dénoncée ou remplacée par un accord d’entreprise portant sur le même thème. 

La Direction de FMM a pris un engagement unilatéral et doit le respecter dans son intégralité tant qu’un accord d’entreprise ne s’y substituera pas.

Toutes les mesures prises à cette occasion demeurent donc d’application obligatoire, y compris le versement des primes à caractère social. La Direction ne peut pas choisir quelles mesures appliquer et quelles autres exclure. Ce n’est pas « à la carte » !

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 7 Mars 2019

Index égalité Femmes-Hommes : un score presque parfait ?

Si FMM s’enorgueillit à juste titre d’avoir obtenu 99/100, ce score, aussi élevé soit-il, dissimule pourtant une réalité plus nuancée. Notre entreprise est globalement « vertueuse », mais des disparités salariales importantes peuvent exister localement, sans pour autant apparaître dans l’Index.

  • Prenons l’exemple des présentateurs/présentatrices TV : les critères de l’Index imposent de ne comparer que les salariés ayant entre 30 et 39 ans, une tranche d’âge au sein de laquelle l’écart de rémunération n’est pas significatif (+ 2,64 % en faveur des femmes).

 

Pourtant, si l’on se réfère aux documents remis par la DRH lors des précédentes NAO (chiffres 2016), on constate précisément que c’est l’un des métiers où les disparités salariales entre hommes et femmes peuvent être importantes (+ 16,4 % en faveur des hommes).

Lors du dernier Comité d’entreprise, la Direction a demandé à l’instance de choisir l’une des deux méthodes : La comparaison par métiers a été retenue à l’unanimité. 

Conscients que cet outil est imparfait, les élus CFTC ont assorti leur vote d’une demande de documents complémentaires afin de pouvoir repérer, lors des prochaines NAO, les disparités qui subsistent.

 

La CFTC se félicite par ailleurs d’avoir contribué activement à l’égalité entre les femmes et les hommes en obtenant dès 2017 l’application de la disposition légale prévoyant un rattrapage salarial au retour de congé maternité ou d’adoption. Une mesure qui peut rapporter jusqu’à 15 points.

Si l’Index dépeint une situation globalement satisfaisante, la Direction n’en doit pas moins poursuivre ses efforts en matière de lutte contre les inégalités pour que ce score de 99/100 reflète un jour la réalité de toute l’entreprise.


Plus d'informations :

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 10 Janvier 2019

La Direction a réuni en urgence le Comité d’entreprise afin de soumettre à sa consultation une modification du cahier des charges de France Médias Monde, visant à modifier les conditions de distribution de France 24 dans les DOM-TOM.

L’arrêt de la diffusion du signal TNT permet de réaliser 848 000 € d’économie en année pleine et ainsi de présenter en 2019 un budget quasiment à l’équilibre.

Cette décision n’est pas anodine et l’on peut légitimement s’inquiéter de devoir modifier le cahier des charges de l’audiovisuel extérieur afin de sortir d’une impasse budgétaire créée de toutes pièces par un État-actionnaire dénué de la moindre ambition stratégique pour notre entreprise et dont les décisions, motivées par la seule logique comptable, obèrent sa capacité de développement et remettent en cause ses missions stratégiques.

Pour autant, les élus CFTC ont rendu un avis positif pour les raisons suivantes :

  • Le signal de France 24 est maintenu sur les réseaux satellitaires qui lui permettent d’être repris par plus d’1 millions de foyers.
  • Le canal de France 24 sera attribué à Franceinfo: qui reprend notre signal de minuit à 6h30 heure de Paris, c’est à dire à une heure de grande écoute dans les Antilles.
  • Enfin et surtout, cette décision permet de préserver l’emploi, notre priorité absolue.

 

À ce titre nous n’avons pas manqué d’interroger la Direction sur les informations relayées par La Lettre A, une publication numérique consacrée aux actualités politique, économique et médiatique en France. Les collaborateurs de France Médias Monde ont en effet découvert avec un vif étonnement et quelque inquiétude l’édition du lundi 7 janvier qui évoque le scénario d'une rupture conventionnelle collective qui pourrait concerner jusqu'à 80 postes à FMM.

Introduite par les ordonnances Macron, La rupture conventionnelle collective (RCC) est une procédure de rupture de contrat d’un commun accord entre l’employeur et le salarié.

S’agit-il d’un ballon d’essai ? D’une fuite orchestrée par ceux qui verraient d’un bon œil le recours à ce dispositif ? La Direction a en tout cas déclaré « tout faire pour éviter d’en arriver à une telle extrémité ». Le budget 2019 est donc à l’équilibre mais l’incertitude demeure au-delà, FMM devant encore réaliser une économie de 7,5 millions d’ici 2022. Les années à venir promettent malheureusement d’être compliquées à l’aune de la future réforme de l’audiovisuel public dont les contours devraient être dévoilés au mois de mars.

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC