Publié le 27 Septembre 2018

Le 27 août 2018, les sites d’informations en ligne faisaient état de l’arrêt imminent du site Mashable avec France 24 en raison d’un désaccord stratégique entre France Médias Monde et Ziff Davis, le nouveau propriétaire américain de Mashable. La Direction ayant choisi de ne pas communiquer, les salariés ont appris la nouvelle avec stupéfaction… Par voie de presse. 

Fruit d’une collaboration atypique entre une entreprise de l’audiovisuel public et un acteur privé,  Mashable avec France 24 est parvenu, en quelques mois à peine, à s’imposer comme une plateforme d’informations incontournable chez les 18-35 ans. France Médias Monde a ainsi pu acquérir un savoir faire précieux pour remplir l’un des objectifs prioritaires fixés par le Président de la République qui reproche à l’audiovisuel public de ne pas s’adresser à une jeunesse qui a investi le Net et s’informe par les réseaux sociaux.

 

En concevant un site qui totalisait 2,3 millions de visites mensuelles et réunissait plus de 150 000 fans sur Facebook, l’équipe Mashable avec France 24 a su apporter la preuve que France Médias Monde savait parler à cette jeunesse... et susciter son intérêt !

UN CAPITAL À FAIRE FRUCTIFIER


Avec l’arrêt du site, le bon sens voudrait que notre Direction s’appuie sur cette équipe qui pourrait devenir le fer de lance d'un projet à destination d’un jeune public connecté qui délaisse les médias traditionnels. C’est le discours qu’a tenu la CFTC à Marie-Christine Saragosse en présence des journalistes de l'équipe Mashable.

 

Notre Présidente ne déclarait-elle pas lors de son audition devant le CSA : « la transformation réussie de l’essai Mashable avec France 24 doit être poursuivie. Ce projet, qui a permis une acquisition sans équivalent de savoir-faire d’une jeune équipe maniant la capacité à informer, divertir et inspirer les moins de 34 ans, mérite d’être conservé au sein du service public et valorisé. »

 

Pourtant, la Direction semble résignée à pousser ces salariés à exercer leurs talents ailleurs afin de se plier aux injonctions d’un État-actionnaire qui lui demande d’allouer plus de ressources au numérique tout en amputant son budget. Amère, la députée Frédérique Dumas, vice-présidente de la Commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale faisait récemment ce constat : « Certaines décisions se réduisent à des coupes budgétaires. Il n’y a pas d’ambition, pas de sens. »

DE LA PAROLE AUX ACTES


C’est précisément parce que les médias traditionnels sont en quête de sens que l’audiovisuel public doit se réinventer pour continuer à remplir ses missions. La Direction de FMM ne peut plus rester dans l’incantation permanente et doit placer la transformation numérique au cœur de sa stratégie d’entreprise pour s’adapter aux nouveaux usages et conquérir dès aujourd’hui le public qui demain, si nous n’y prenons pas garde, nous fera défaut.

 

Si l’État ne donne pas à France Médias Monde les moyens de ses ambitions, qu’il lui permette au moins d’avoir l’ambition de ses moyens. La Direction doit faire preuve de courage et affirmer sa vision : le départ les journalistes de Mashable serait un immense gâchis et un très mauvais signal pour l’avenir.

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 21 Septembre 2018

Pigistes et intermittents : un nouveau cap et des garanties - Communiqué CFTC-FMM

La CFTC, FO et le SNJ se sont entretenus hier soir avec Marie-Christine Saragosse pour relayer les revendications des salariés précaires. Nos trois syndicats ont insisté pour  obtenir la garantie que les pigistes, correspondants et intermittents ne seront plus jamais les grands oubliés de la Négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires, condition sine qua non à la signature d’un accord.

DE NOUVELLES GARANTIES


Quand l’accord FMM de 2015 se contente d’évoquer « l’évolution éventuelle du barème des piges » ou « la revalorisation possible des barèmes intermittents », le nouveau texte réserve obligatoirement chaque année une part du budget de la NAO aux pigistes, correspondants et intermittents

Cette part représentera 15 % du budget global de l'évolution de la masse salariale en 2019, 2020 et 2021. Au-delà, la direction soumettra chaque année à la négociation un pourcentage qui sera rattaché au poids des pigistes/intermittents dans la masse salariale globale de l’entreprise. La CFTC veillera au respect de ces engagements.

REPRISE DES NÉGOCIATIONS


Les sujets (réévaluation des barèmes, ordre des priorités, base de calcul de la prime d'ancienneté, etc.) et le calendrier de mise en oeuvre des mesures feront l'objet d'une négociation spécifique qui débutera le 4 octobre 2018. C'est un début de réponse aux inquiétudes légitimes exprimées par les précaires et qui avaient conduit la CFTC à refuser de signer les 3 textes (NAO, pigistes, intermittents) proposés par la Direction.

Par ailleurs, les dispositions appliquées unilatéralement par la Direction aux pigistes et correspondants au mois d’août sont maintenues mais elles ne constituent plus qu’un filet de sécurité, un point de départ pour les négociations qui reprendront le 4 octobre.

La CFTC a donc accepté de signer cette nouvelle version du texte afin de garantir sur le long terme un cadre protecteur à nos collègues les plus vulnérables et pouvoir ainsi retourner rapidement à la table des négociations pour arrêter des mesures concrètes et le calendrier de leur mise en œuvre.

N’hésitez pas à prendre contact avec vos élus CFTC pour préparer ces négociations.

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié dans #COMMUNIQUÉS

Publié le 19 Septembre 2018

À la suite du mouvement de grève qui a perturbé les antennes de RFI et France 24 lundi 17 septembre, la Direction de FMM a de nouveau demandé aux organisations syndicales de signer les accords portant sur les conditions d’emploi et de rémunération des pigistes, correspondants et intermittents.

Le message de la Direction peut se résumer ainsi : « Signez maintenant, nous négocierons après. »

La CFTC a toujours prôné un dialogue social constructif mais elle ne peut accepter de signer des textes qu’elle a déjà rejetés, tant que la Direction refusera de changer la moindre virgule. 

Si ces textes présentent de réelles avancées, notamment s’agissant de la protection sociale des correspondants, la CFTC ne peut les signer en l’état pour les raisons suivantes :

PIGISTES ET CORRESPONDANTS


  • Si l’harmonisation des barèmes de piges et le calcul de la prime d’ancienneté s’inscrivent dans le cadre de l’évolution de la masse salariale discutée lors des NAO, notre syndicat souhaite que ces sujets fassent l’objet d’un accord spécifique qui définira dès maintenant un plan de revalorisation pluriannuel

 

  • La Direction demande aux organisations syndicales d’entériner le fait que le paiement de la prime d’ancienneté des journalistes est subordonné à la détention de la carte de presse française. La CFTC ne peut accepter une disposition qui serait contraire à la Convention collective nationale de travail des journalistes et instaurerait une discrimination inadmissible, notamment envers les journalistes étrangers. Si la Direction choisit de ne pas respecter la loi, elle doit en assumer seule la responsabilité et les conséquences. La CFTC demande par ailleurs que la base de calcul de cette prime ne soit pas le SMIC mais le niveau de salaire minimum prévu par l'accord FMM pour chaque métier.

 

  • Nous demandons enfin une clarification du barème appliqué aux pigistes de France 24 afin que soient notamment précisées les conditions d’attribution du tarif « bilingue ». Actuellement, ce tarif est accordé de gré à gré, en l’absence de tout cadre formel, pour reconnaître l’expérience et les compétences des pigistes. La CFTC demande que cette pige corresponde à un niveau « confirmé » clairement identifié et dont les conditions d’accès sont connues de tous afin de garantir un traitement équitable, en toute transparence.

INTERMITTENTS DU SPECTACLE


Outre les revendications portées depuis plusieurs années par la CFTC sur la rémunération et le positionnement des Assistants plateaux, nous demandons 

  • Un dispositif encadrant la fin de collaboration des intermittents et les conditions de leur indemnisation.
  • Que le passage au niveau de rémunération M3, introduit par le projet d’accord et qui constitue l’équivalent d’une prime d’ancienneté, se fasse au bout de 5 ans et non de 6.

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié dans #COMMUNIQUÉS

Publié le 14 Septembre 2018

Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue vendredi 14 septembre au siège de France Médias Monde, les salariés présents ont voté à la quasi-unanimité pour le maintien du préavis de grève. 

Un peu plus tard dans l’après-midi, les correspondants de RFI se sont également prononcés à plus de 96 % via un vote en ligne pour le maintien de ce préavis.

En conséquence, les organisations syndicales CFTC, FO et SNJ appellent l’ensemble des salariés de FMM à cesser le travail du lundi 17 septembre 00h01 au mardi 18 septembre 06h en soutien aux revendications exprimées par les pigistes, correspondants et intermittents.

Les sections CFTC, FO et SNJ de France Médias Monde

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié dans #COMMUNIQUÉS