Publié le 7 Octobre 2015

France Médias News ?
Le 15 juin dernier, la CFTC évoquait sur son site internet les voix, de plus en plus nombreuses, qui appellent au regroupement des entreprises de l’audiovisuel public français en une même entité, inspirée de la BBC.

Cette hypothèse prend corps depuis la publication mardi 29 septembre d’un rapport du Sénat préconisant lui aussi « le rapprochement des sociétés de l’audiovisuel public au sein du groupe France Médias  pour favoriser les mutualisations, la polyvalence des personnels, le développement d’une marque commune et les investissements dans le numérique. »

Le lendemain (30 septembre), c’est au tour de la commission des finances de l’Assemblée nationale d’examiner un rapport de la mission d'information sur le financement public de l'audiovisuel en France. La mission a porté sa réflexion sur « les évolutions nécessaires du financement de l’audiovisuel public » afin de parvenir à « un modèle économique durable et efficace » sans pour autant évoquer cette fois de regroupement des différents acteurs.

Dans un entretien au Figaro, la Ministre de la Culture et de la Communication ne s’y déclarait d’ailleurs pas favorable et ajoutait que le modèle de la BBC « présente sans doute des sources d'inspiration pour l'audiovisuel public français » mais qu’un « éventuel rapprochement (…) consisterait finalement à recréer l'ORTF » et s'avèrerait « extrêmement coûteux à court terme ».

Fleur Pellerin estime néanmoins que les médias publics doivent « travailler davantage ensemble » et reprend à son compte la note du groupe de réflexion Terra Nova lorsqu’elle préconise « la création d'une plateforme numérique commune, qui permettrait de toucher un plus large public et pourrait être source d'économies. »

La Ministre ajoute qu’elle a convoqué courant octobre un premier « conseil stratégique de l'audiovisuel public, qui rassemblera les présidents des sociétés de l'audiovisuel public pour discuter des problématiques communes et développer des projets communs. »

 

France Médias News ?

Nous n’apprendrons pas grand-chose de plus sur la future chaîne publique d’information en continu, si ce n’est que « des travaux [sont] en cours, notamment pour déterminer son coût. »

Marie-Christine Saragosse ayant rejoint le comité de pilotage constitué par Delphine Ernotte (France Télévisions) et Mathieu Gallet (Radio France), la CFTC de FMM continuera à échanger régulièrement avec elle sur ce dossier et s’opposera avec force à tout projet qui remettrait en cause nos missions de service public et porterait préjudice à l'emploi et aux intérêts des salariés de notre entreprise.

En effet, le projet de chaîne d’info pourrait bien n’être qu’un galop d’essai, prélude à la grande agence d’information audiovisuelle préconisée par Didier Quillot, candidat malheureux à la tête de France Télévisions. Cette « fabrique d’infos » aurait pour mission de rationaliser les coûts, mutualiser les moyens et catalyser « le potentiel exceptionnel » des quelques 4500 journalistes de l’audiovisuel public.

S'il n'est pour l'instant question que de synergies, il n'y a jamais de fumée sans feu et on ne peut que trembler à l’idée d’une structure commune qui fournirait des contenus et journaux (tv et radio) clés en main à des marques qui se verraient réduites à de simples canaux de diffusion.

Un tel scénario, s’il venait à se concrétiser, serait extrêmement préoccupant pour l'indépendance et la pluralité de l’information et ferait peser une grave menace sur l’emploi des salariés de l'audiovisuel public.

France Médias News ?
Retrouvez l'actualité de France Médias Monde et de l'audiovisuel public dans la rubrique intitulée FMM dans la presse.

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 7 Août 2015

Revalorisation du barème des intermittents du spectacle

La négociation annuelle nationale sur les salaires des intermittents du spectacle (CDDU) relevant de l’Accord National la branche Télédiffusion s'est achevée le 15 juillet dernier.

À cette occasion, la CFTC a demandé et obtenu que le remboursement de la moitié de l’abonnement transport soit octroyé à tous les intermittents à compter du 15 juillet.

Concrètement, les intermittents qui fourniront une attestation d’abonnement transport à leurs employeurs auront droit à un remboursement de 50 % du prix de l’abonnement au prorata du nombre de jours travaillés, chaque employeur payant sa part directement à l’intéressé.

Cette disposition, en vigueur à France 24 depuis la création de la chaîne, est donc étendue à l'ensemble de la branche (chaînes de télévision publiques ou privées, nationales, régionales ou locales, généralistes ou thématiques)

Par ailleurs, la CFTC avait demandé une revalorisation générale du barème d'au moins 1,4% mais les syndicats des employeurs ont décidé unilatéralement de ne relever les minima salariaux que de 0,8 %, arguant d'un contexte économique difficile

La CFTC juge cette augmentation tout à fait insuffisante car si le contexte économique est difficile pour les patrons de chaînes, il l'est encore plus pour les intermittents du spectacle qui connaissent une précarité grandissante, comme en attestent les données fournies par Audiens (page 25 et suivantes) dans le cadre du rapport «Bâtir un cadre stabilisé et sécurisé pour les intermittents du spectacle » remis au Premier ministre le 7 janvier 2015.

La CFTC demande par ailleurs à la Direction de FMM de reprendre dès septembre les négociations visant à réévaluer l'ensemble des forfaits des professions ayant recours à l'intermittence à France 24, certains n'ayant pas été augmentés depuis près de 9 ans.

Retrouvez ici le barème en vigueur à compter du 15 juillet 2015 

Informations à l'usage des intermittents du spectacle

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié dans #Intermittents

Publié le 15 Juin 2015

Vers une BBC à la française ?
Des voix s'élèvent, de plus en plus nombreuses, pour réclamer le regroupement de l'ensemble des acteurs de l'audiovisuel public au sein d'une même entité, une sorte de BBC à la française.

L’ORTF, parangon de modernité quarante ans après sa dissolution ?

 

 

Imaginez, toutes ces synergies, ces économies d'échelle, ces moyens mutualisés... L'idée paraît séduisante, surtout aux gestionnaires de Bercy, lesquels font de la rentabilité du service public leur cheval de bataille et sont à l'affût des moindres pistes d'économie, à l'exception peut-être de celles qui comptent.

Si l’on peut volontiers débattre, comme le préconise le rapport Schwartz sur l'avenir de France Télévisions, de l’opportunité de fédérer les différentes composantes de l’audiovisuel public autour d'une ambition commune, en favorisant des collaborations plus étroitesla perspective d’une fusion pure et dure fait froid dans le dos tant l'on sait les dégâts qu’ont occasionnés de tels projets à France Télévisions et France Médias Monde.

Plans sociaux désastreux... Développement fantasmé des ressources propres... Synergies imaginaires.... Fiasco de l'harmonisation sociale... La fusion de l’AEF, effective depuis février 2012, s'est faite dans la douleur et peine toujours, trois ans plus tard, à s'ancrer dans une réalité sociale concrète. En effet, il ne suffit pas de décréter quelque chose pour réussir à le mettre en œuvre... À moins peut-être de s'en donner les moyens ! 

À cet égard, on peut légitimement s’interroger sur la marge de manœuvre réelle, notamment sur le plan budgétaire, que l’État accepterait de laisser aux dirigeants de l’audiovisuel public pour mener à bien ce chantier pharaonique. L'expérience prouve que le personnel constitue bien souvent la principale variable d'ajustement dès lors que l'on entreprend de réformer à périmètre budgétaire constant.

Bientôt une chaîne publique d'informations en continu ?

Vers une BBC à la française ?

Parmi les nombreuses recommandations du Groupe de travail sur l'avenir de France Télévisions, il en est une qui semble avoir retenu toute l'attention de la nouvelle Présidente de FTV : la création d'une véritable chaîne publique d'informations en continu.

Delphine Ernotte a en effet annoncé son intention de donner un coup d'accélérateur à francetv.info, la plate-forme numérique initiée par son prédécesseur, pour en faire l'une des priorités de son mandat. Elle se prend ainsi à rêver d'une chaîne qui utiliserait la puissance combinée des rédactions locales, nationales et internationales du groupe, tout en faisant la part belle aux synergies qu'elle s'emploirait à développer avec... FRANCE 24.

Delphine Ernotte reprend donc à son compte l'analyse du rapport Schwartz, selon lequel « Tout projet de développement dans ce domaine doit nécessairement passer par une étroite coopération avec France Médias Monde, dont la chaîne France 24 propose une offre continue d’information internationale. Quelle que soit la forme retenue, il ne devrait pas aboutir à la création d’une nouvelle offre cloisonnée et indépendante de celle des autres médias publics »

Gageons que Marie-Christine Saragosse aura quelques mots à dire sur ces sujets lors des séminaires de FMM les 17, 18 et 19 juin.

Ces trois projets, qui pourraient bien n'en faire qu'un seul, doivent nous inciter à la plus grande vigilance, tant les risques qu'ils font peser sur l'avenir de France Médias Monde sont grands et les incertitudes nombreuses.

En effet, la cécité stratégique et l’amateurisme qui ont présidé à la fusion des entreprises de l'ex-AEF, ne contribuent pas à nous rassurer quant à la capacité du gouvernement et des dirigeants de l'audiovisuel public à concevoir un projet ambitieux, cohérent et pérenne…Le tout en se préocupant réellement du sort des personnels qui concourent à la fabrication des médias publics.

Vers une BBC à la française ?
Retrouvez l'actualité de France Médias Monde et de l'audiovisuel public dans la rubrique intitulée FMM dans la presse.
Vers une BBC à la française ?
Retrouvez les rapports et auditions parlementaires concernant France Médias Monde dans la rubrique intitulée Rapports/Auditions.

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 22 Mai 2015

Congés : attention, danger !

La Direction de France Médias Monde a annoncé aujourd’hui au Comité d’entreprise son intention de dénoncer l’usage qui voulait que les congés payés non pris soient automatiquement reportés d’une année sur l’autre.

Dès lors que la procédure de dénonciation aura été respectée, les congés acquis sur la période 2013/2014 devront être soldés avant le 31 mai 2015 avec un report possible de 10 jours maximum qui devront être pris avant le 31 mai 2016.

Les congés acquis sur la période 2014/2015 devront quant à eux être soldés avant le 31 mai 2016 avec un report possible de 5 jours maximum qui devront être pris avant le 31 mai 2017.

Au-delà du 31 mai 2017, les reports de congés ne seront plus autorisés et les congés non pris seront tout simplement perdus aux échéances correspondantes.

La CFTC reproche à la direction de n’avoir qu’une vision comptable de la situation, sans tenir compte des raisons qui font que les salariés de FMM ne peuvent pas toujours prendre leurs congés en temps et en heure.

En effet, les rythmes de travail, le sous-effectif chronique de certains services et les règles extrêmement contraignantes imposées par la direction elle-même pour la prise de congés font que des demandes sont régulièrement refusées.

Et si la Direction impose toujours plus de règles aux salariés, quelles règles s’impose-t-elle pour répondre dans les temps aux demandes des salariés ? Et que deviendront les jours posés qui sont refusés ?

Nous rappelons à la direction que c’est elle qui fixe les dates et l'ordre des départs en congés et, au passage, qu’elle est légalement tenue de s’assurer que ses salariés peuvent bien prendre leurs congés.

La CFTC condamne cette décision soudaine (à 10 jours de l'échéance !) alors que tous les salariés de France Médias Monde n’ont pas accès à un Compte épargne temps sur lequel stocker des jours et que nous ne savons même pas si la direction compte inclure un tel dispositif dans le cadre de la négociation du futur accord d’entreprise, négociation qui est au point mort depuis maintenant 86 jours.

La direction demande toujours plus d’efforts aux salariés sans aucune contrepartie et sans respecter son obligation légale de doter l’entreprise d’un statut social commun.

Mise à jour : les informations révélées par la CFTC sont directement issues de la note transmise par la direction aux élus du CE.

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié dans #Communiqué