Publié le 22 Janvier 2016

Convention collective de FMM : signature du socle commun. Pour le reste, les négociations continuent...

Le 31 décembre 2015, après deux ans d’âpres négociations, la CFTC a décidé de signer l’accord qui met en place le socle social de France Médias Monde. Pour cela, nous avons négocié jusqu’au dernier jour, même jusqu’aux dernières heures, pour obtenir la garantie qu’aucun salarié ne sera lésé.

Les négociations se poursuivront néanmoins en 2016 sur des sujets sensibles pour lesquels nous n’avons pas encore trouvé d’accord satisfaisant et que nous ne pouvions accepter en l’état.

C’est notamment le cas de la grille des emplois, des primes de remplacement ou du compte épargne-temps (CET).

Cet accord a toutefois été négocié dans le cadre d’un budget contraint et la CFTC n’a accepté de le signer qu’à la condition que la Direction s’engage par écrit à mettre en œuvre un plan progressif de résorption des disparités qui subsistent à FMM et au sein de ses différents médias.

Fin 2014, la CFTC avait par ailleurs choisi d’exercer son droit d’opposition à la prorogation des anciens accords d’entreprise, permettant à chaque salarié, s'il estime que certaines dispositions de l’accord sont moins favorables, de maintenir au cas par cas ses avantages acquis.

N’hésitez pas à nous poser des questions sur le nouvel accord. La CFTC vous aidera à évaluer son impact sur vos conditions de travail, votre rémunération ou vos avantages sociaux.

Consultez ici la Convention collective de France Médias Monde
(version intégrale)

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 3 Décembre 2015

La commission des Affaires culturelles et la commission des Affaires étrangères ont auditionné Marie-Christine Saragosse, présidente-directrice générale de France Médias Monde, sur l’exécution du contrat d’objectifs et de moyens (COM) de la société en 2014.

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 7 Octobre 2015

France Médias News ?
Le 15 juin dernier, la CFTC évoquait sur son site internet les voix, de plus en plus nombreuses, qui appellent au regroupement des entreprises de l’audiovisuel public français en une même entité, inspirée de la BBC.

Cette hypothèse prend corps depuis la publication mardi 29 septembre d’un rapport du Sénat préconisant lui aussi « le rapprochement des sociétés de l’audiovisuel public au sein du groupe France Médias  pour favoriser les mutualisations, la polyvalence des personnels, le développement d’une marque commune et les investissements dans le numérique. »

Le lendemain (30 septembre), c’est au tour de la commission des finances de l’Assemblée nationale d’examiner un rapport de la mission d'information sur le financement public de l'audiovisuel en France. La mission a porté sa réflexion sur « les évolutions nécessaires du financement de l’audiovisuel public » afin de parvenir à « un modèle économique durable et efficace » sans pour autant évoquer cette fois de regroupement des différents acteurs.

Dans un entretien au Figaro, la Ministre de la Culture et de la Communication ne s’y déclarait d’ailleurs pas favorable et ajoutait que le modèle de la BBC « présente sans doute des sources d'inspiration pour l'audiovisuel public français » mais qu’un « éventuel rapprochement (…) consisterait finalement à recréer l'ORTF » et s'avèrerait « extrêmement coûteux à court terme ».

Fleur Pellerin estime néanmoins que les médias publics doivent « travailler davantage ensemble » et reprend à son compte la note du groupe de réflexion Terra Nova lorsqu’elle préconise « la création d'une plateforme numérique commune, qui permettrait de toucher un plus large public et pourrait être source d'économies. »

La Ministre ajoute qu’elle a convoqué courant octobre un premier « conseil stratégique de l'audiovisuel public, qui rassemblera les présidents des sociétés de l'audiovisuel public pour discuter des problématiques communes et développer des projets communs. »

 

France Médias News ?

Nous n’apprendrons pas grand-chose de plus sur la future chaîne publique d’information en continu, si ce n’est que « des travaux [sont] en cours, notamment pour déterminer son coût. »

Marie-Christine Saragosse ayant rejoint le comité de pilotage constitué par Delphine Ernotte (France Télévisions) et Mathieu Gallet (Radio France), la CFTC de FMM continuera à échanger régulièrement avec elle sur ce dossier et s’opposera avec force à tout projet qui remettrait en cause nos missions de service public et porterait préjudice à l'emploi et aux intérêts des salariés de notre entreprise.

En effet, le projet de chaîne d’info pourrait bien n’être qu’un galop d’essai, prélude à la grande agence d’information audiovisuelle préconisée par Didier Quillot, candidat malheureux à la tête de France Télévisions. Cette « fabrique d’infos » aurait pour mission de rationaliser les coûts, mutualiser les moyens et catalyser « le potentiel exceptionnel » des quelques 4500 journalistes de l’audiovisuel public.

S'il n'est pour l'instant question que de synergies, il n'y a jamais de fumée sans feu et on ne peut que trembler à l’idée d’une structure commune qui fournirait des contenus et journaux (tv et radio) clés en main à des marques qui se verraient réduites à de simples canaux de diffusion.

Un tel scénario, s’il venait à se concrétiser, serait extrêmement préoccupant pour l'indépendance et la pluralité de l’information et ferait peser une grave menace sur l’emploi des salariés de l'audiovisuel public.

France Médias News ?
Retrouvez l'actualité de France Médias Monde et de l'audiovisuel public dans la rubrique intitulée FMM dans la presse.

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié le 7 Août 2015

Revalorisation du barème des intermittents du spectacle

La négociation annuelle nationale sur les salaires des intermittents du spectacle (CDDU) relevant de l’Accord National la branche Télédiffusion s'est achevée le 15 juillet dernier.

À cette occasion, la CFTC a demandé et obtenu que le remboursement de la moitié de l’abonnement transport soit octroyé à tous les intermittents à compter du 15 juillet.

Concrètement, les intermittents qui fourniront une attestation d’abonnement transport à leurs employeurs auront droit à un remboursement de 50 % du prix de l’abonnement au prorata du nombre de jours travaillés, chaque employeur payant sa part directement à l’intéressé.

Cette disposition, en vigueur à France 24 depuis la création de la chaîne, est donc étendue à l'ensemble de la branche (chaînes de télévision publiques ou privées, nationales, régionales ou locales, généralistes ou thématiques)

Par ailleurs, la CFTC avait demandé une revalorisation générale du barème d'au moins 1,4% mais les syndicats des employeurs ont décidé unilatéralement de ne relever les minima salariaux que de 0,8 %, arguant d'un contexte économique difficile

La CFTC juge cette augmentation tout à fait insuffisante car si le contexte économique est difficile pour les patrons de chaînes, il l'est encore plus pour les intermittents du spectacle qui connaissent une précarité grandissante, comme en attestent les données fournies par Audiens (page 25 et suivantes) dans le cadre du rapport «Bâtir un cadre stabilisé et sécurisé pour les intermittents du spectacle » remis au Premier ministre le 7 janvier 2015.

La CFTC demande par ailleurs à la Direction de FMM de reprendre dès septembre les négociations visant à réévaluer l'ensemble des forfaits des professions ayant recours à l'intermittence à France 24, certains n'ayant pas été augmentés depuis près de 9 ans.

Retrouvez ici le barème en vigueur à compter du 15 juillet 2015 

Informations à l'usage des intermittents du spectacle

 

Voir les commentaires

Rédigé par CFTC

Publié dans #Intermittents